dimanche 25 août 2013

Lundi matin

J'aime pas trop les matins. Je crois que je n'ai en fait jamais aimé les matins. Depuis que je suis gosse, je suis plutôt du genre couche-tard et lève-tard. Du coup le réveil à 7h, c'est vraiment, vraiment la souffrance.

En fait s'il y'a bien deux minutes dans la journée ou je voudrais que la vie m'abandonne, ce sont les deux premières, celles où le réveil sonne et où je crève d'envie que la matinée m'oublie, qu'elle me laisse tranquille au fond de mon lit.

Elle ne m'oublie jamais.

Je crois que le lundi, c'est le pire jour pour mon réveil - avec le jeudi, parce que le jeudi tu as déjà une bonne partie de la semaine dans les pattes, mais c'est pas encore le dernier jour, alors le jeudi c'est le jour que je voudrais bien sauter aussi, dans la semaine -, le lundi, j'ai toujours mal dormi, j'ai toujours passé un bon weekend, j'ai toujours envie d'un troisième jour de weekend.

Le lundi, j'ai pas du tout envie de passer ma semaine derrière mon bureau, en fait, surtout derrière celui-ci, à faire mes petits excels et mes brochures sur InDesign, en me demandant sans cesse s'ils vont pas encore me sortir un truc farfelu de leur chapeau. Nan parce que certaines semaines ils sont drôles, ils ont des trucs à faire, mais ils savent pas bien à qui les donner. Je vais te dire un secret : sur les 50 personnes de l'entreprise, ben ce genre de choses, ça retombe toujours sur moi, c'est comme ça que je me retrouve à faire du dessin industriel alors que je ne bosse pas pour l'usine - et que si tu me connais, tu sais parfaitement que ça n'est pas du tout mon domaine -, ou encore que je m'improvise juriste d'entreprise parce qu'il leur faut un règlement de jeu-concours et que bon, comme c'est moi qui fais le bulletin de participation, tu comprends...

Je m'en fiche un peu en fait, j'aime bien faire des choses différentes, j'aime bien aller chercher sur Google dans les textes de lois ce que je dois mettre dans ce règlement, j'aime bien descendre à l'usine pour leur demander comment je dois faire le design de leur pièce. J'apprends plein de choses quand je fais ça, et comme je suis une curieuse, ben finalement ça me plait plutôt bien et ça me change de mes excels et InDesign.

Sauf que voila, lundi, quand le réveil a sonné, j'ai senti que j'arrivais vraiment sur mes limites, que je ne supportais plus ce poste, qu'il ne me donnait même pas la motivation suffisante pour me lever à une heure me permettant de me doucher, prendre un petit déjeuner, bien me saper et me maquiller. Nan, j'arrive au boulot propre et repue, mais sapée n'importe comment, sans bijoux et jamais maquillée.

Et pourtant je peux te dire, j'ai beau être naturelle, je suis quand même une coquette, mis à part pour le boulot, je ne sors jamais sans 2-3 bijoux, sans mon maquillage, sans parfum et sans avoir passé 20 minutes à penser à ma tenue.


Lundi, j'ai vraiment senti qu'il était temps de se tirer d'ici, de trouver enfin un job qui corresponde réellement à mon niveau d'étude et à mes compétences, qui me lance des défis régulièrement, qui me pousse un peu plus loin chaque jour, qui me fasse sortir de ma zone de confort pour m'obliger à m'améliorer encore et encore.

J'ai envie d'avoir envie de me lever le lundi matin, de me lever tous les matins assez tôt pour pouvoir aller au bureau propre, avec un bon petit déjeuner dans le ventre, et jolie, en prime. Et surtout d'avoir envie d'être là où je suis.


Alors lundi, en me levant, je me suis dit qu'il fallait que ce genre de réveil s'arrête, que je ne voulais pas d'un job qui me donne envie de rester au lit toute la journée, que je méritais quand même mieux que ça, que c'était affreux d'avoir fait 6 ans d'études supérieures pour finalement détester son travail à ce point.

Et je me suis félicitée d'avoir relancé tous mes contacts le weekend dernier, même ceux que je n'osais pas relancer. Parce qu'ils ont super bien réagi, mes contacts, parce que l'on m'a proposé de l'aide, et aussi fixé un rendez-vous, parce que même si ça n'est pas quelque chose qui va me donner un nouveau poste dans l'immédiat, ça fait du bien de se sentir soutenue, de sentir que certains croient en moi, de me rendre compte que la personne qui a vu le plus gros travail de toute ma vie jusque là me considère comme une personne intelligente, talentueuse et créative, alors que je n'aurais jamais osé employer un seul de ces adjectifs pour me qualifier.

Alors voila, lundi je me suis dit qu'il était temps que je me fasse un peu confiance, et surtout que j'ai confiance en mes capacités. Il est temps que je postule pour tous ces postes que je pourrais obtenir mais qui me font peur, parce que je n'ai pas assez confiance en moi pour croire que j'ai les compétences pour les occuper. Si j'en crois l'évaluation de ma thèse professionnelle, mon travail fait partie des meilleurs que mon tuteur de thèse ait vu jusque là, alors pourquoi je ne serais pas capable d'occuper le même poste que celui que mes anciens camarades de promo occupent ?


2013 avait très mal commencé, mais je sens que le vent va tourner, parce que je le fais tourner moi-même, ce vent. Parce que j'ai compris que dans n'importe quel domaine de la vie, les bonnes choses n'arrivent pas par hasard, elles arrivent parce que l'on fait tout ce que l'on peut pour ça.

Je sens que 2013 va vraiment être une année importante pour moi, parce qu'elle est l'année où j'arrête de regarder en arrière en me sentant coupable de tout, où j'arrête de m'en vouloir pour des choses qui n'ont plus d'importance aujourd'hui, et où enfin je commence à vraiment bouger pour me construire la vie que je veux.

Je tâtonne encore un peu, je suis un peu perdue, je crois que je ne sais plus vraiment ce que je veux, mais j'ai arrêté de fuir, j'ai arrêté de faire l'autruche, et je me bouge enfin pour avoir ce que je veux réellement.

Et j'espère, vraiment, vraiment, que ça paiera, tous ces efforts.


Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. C'est le premier pas qui compte et là tu l'as franchi. Toujours difficile de quitter ce que l'on connait même si ce n'est pas top pour l'inconnu. Allez les vacances arrivent... Croise les doigts pour mon E.A.D (depuis 1 an, on appelle cela entretien aide au développement...Franchement pas motivée... ai l'impression de n'avoir que des griefs et rien de positif à dire ... Se fera lors d'un déplacement à Paris de 2 jours avec mon chef .... ne l'ai tjs pas préparé...Encore demain à l'arrache.... Bisous et à septembre au Guil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je croise les doigts pour toi... Je déteste ces entretiens !!

      Supprimer
  2. Comme Nanou le dit au dessus, tu as fait le pas le plus important : la prise de conscience que ça ne peut pas durer comme ça.

    Ça me fait penser à ce que j'ai ressenti pour mon boulot à Villefranche, ce jour où je me suis rendue compte que ce n'était plus possible de pleurer tous les jours à cause du travail et qu'il fallait que je trouve la solution toute seule.

    Avec le Normand, on a pris le risque de pouvoir se retrouver tous les deux au chômage en septembre 2012 mais c'était pour attraper l'occasion de nous sortir tous les deux de notre situation tellement déprimante. Et on voit le résultat : ça a marché !

    Donc, tu as tout mon soutien et mes encouragements (et des bisous aussi ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en suis pas encore à pleurer tous les jours et je n'ai pas d'autre personne en difficulté autour de moi donc mon cas n'est pas aussi urgent que l'était le votre... mais quand même, fait chier quoi.

      Vous aviez pris un sacré risque, quand j'y pense ^^

      Merci ma belle, et des bisous aussi

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...